samedi 10 septembre 2016

Pourquoi en faire des héros ?

Quand on regarde les infos ces jours-ci  nous voyons en ouverture trois femmes terroristes. Elles sont vues comme des héroïnes même si ce n’est pas volontaire.

Ces terroristes-là ne sont pas très futées car la voiture a été remarquée par ses warnings allumés, faudrait m’expliquer. Il parait aussi qu’une bombonne était vide. Faut-il vraiment en parler si ce n'est pour leur faire de la publicité. Comment ne pas comprendre qu’en parler en fait des exemples pour certains. Quand on se sent délaissé ou incompris qu'on a besoin de lumière, surtout dans ce monde de visibilité, alors pourquoi ne pas partir dans des délires qui font sensation même s"en y croire.
La presse a besoin de sensationnel pour vendre. Il faut attirer le client, lui raconter du jamais vu quitte à modifier l’actualité ou la mettre à sa sauce. Autrefois il y avait une presse du sensationnel qui avait des gros titres et racontait n‘importe quoi, celle-ci est battue. Les « grands médias » ont compris qu’il faut des titres ronfleurs et des unes violentes pour attirer le client. Que dire des chaines d'info en continu qui ont besoin de nouveau à chaque instant.
Avant dans les rédactions on parlait de lecteurs  maintenant on parle de clients.

Bien sûr ces « infos » servent à vendre mais elles servent à d’autres. En faisant un tapage sur ces terroristes on nous montre que l’état agit pour notre sécurité; que l'état d'urgence sert à quelque chose. On ne nous dit pas en revanche qu’il peut y avoir un attentat dans la minute qui suit car on ne peut pas tout contrôler . Je n’ai pas confiance et sais que, quelque soit les personnes au pouvoir, ils n’empêcheront pas ces fanatiques criminels de sévir. Pourquoi alors communiquer là dessus?
C’est malheureusement mon leitmotiv  depuis longtemps, il y a une classe dominante qui tient les rênes du pouvoir et de l’information. Cette classe n’a pas intérêt à ce que cela change car elle domine. Voilà on nous abreuve d’informations spectaculaires pour mieux nous contrôler; on me dira : "c’est subversif de dire ça!"; pour se défendre on nous expliquera que c’est une théorie du complot et que "c'est pas bien!".
L'info est l'arme des puissants; les milliardaires, qui prennent le contrôle des médias, l'ont compris depuis longtemps.