vendredi 25 novembre 2016

Education et Intelligence.


Le système éducatif est arrivé à son apogée. On nous rebat les oreilles avec le chiffre d’accès au bac, ils n’ont jamais été aussi bons.
L’élite, celle qui accède à l’enseignement supérieur n’est toujours pas représentative de la population. Cette classe supérieurement éduquée représente l’establishment, le pouvoir en place de droite comme de gauche. Que voit-on maintenant? Les Anglais votent le Brexit, les Américains votent Trump. Les médias, l’élite donc, s’insurgent contre ces votes contraires à la pensée de ses meilleurs sujets, les plus instruits. Que cela nous dit-il ? Pour ma part c’est simple l’élite n’a pas le monopole de l’intelligence. Les gens qui ont voté contre le pouvoir installé, sont plus intelligents certainement; ils comprennent que pour eux il est temps d’agir autrement. La mondialisation, le libre-échange ne leur ont apporté que des déconvenues : chômage, précarité de l’emploi, pauvreté. Nos élites, elles, continuent à nous rabâcher qu’il faut continuer dans cette voie sinon c’est la fin. Est-ce une preuve d’intelligence? Clairement non !
Donc pourquoi ne pas poser le problème d’une autre façon ; les éduqués ne seraient pas les plus intelligents mais les plus malléables à notre système éducatif. Bien sûr ils ne sont pas bêtes mais ils sont obéissants, lisses et disciplinés afin de rentrer dans le moule pour parvenir au sommet. Et là, la démocratie en prend un sacré coup, car si on est contre cette élite on ne peut même pas se faire entendre. Au référendum de 2005, sur la constitution européenne, les Français votent contre mais l’élite remet le scrutin en cause et biaise pour inverser l’opinion. A cette époque déjà les classes les moins éduquées avaient compris qu’il fallait oublier cette globalisation et ce marché unique. Moins éduquée mais plus intelligente que cette classe supérieure qui ne veut que sauver ses acquis et impose une oligarchie. En Angleterre la droite a accepté et acté le Brexit, c’est un geste démocratique important, même s’il y a eu des contestations, le peuple est resté souverain. On parle souvent de populisme pour abaisser ces gens qui votent contre mais il faudra comprendre que c’est le pouvoir du peuple qui fait une démocratie.
Ce système éducatif a montré ses limites surtout à notre époque où le savoir est accessible à tous.        « we don't need no education » déclamaient les Pink Floyd en 1979, nous n’avons pas besoin de gavage de cerveaux mais besoin d’ouverture d’esprit, besoin de libre pensée. Si j’étais subversif, ça m’arrive de plus en plus d’ailleurs, je dirais que l’éducation nationale forme des moutons des suiveurs, elle ne veut d’ailleurs pas en laisser sur le bord de la route car ceux-là ne sont pas contrôlables.
Trump a été élu pas une majorité de blancs d’éducation inférieure (les semi-éduqués), ces derniers qui représentent la classe moyenne, expriment un ras le bol de cette société d’économie mondiale qui les propulse dans la misère. De l’autre côté la classe d’éducation supérieure vote pour l’establishment représentée par Clinton. 370 économistes et experts américains ont appelé à ne pas voter Trump, ce sont les plus éduqués, ils ne voient pas que leur pays va de plus en plus mal, ils se moquent des gens laissés sur le bas côté de la route et ne pensent même pas que cette situation n'a plus d'avenir. Sont-ils plus intelligents à se cacher les réalités ? Je ne pense pas.
Bien sûr j'aurais préféré Sanders, mais je suis contre cette classe établie qui ne crie au loup que pour sauver ses avantages.
Peut-il exister une démocratie mondiale ? Pour qu’il y ait démocratie il faut une entité délimitée afin que chacun se sente appartenir à un même peuple. Nous sommes menés par les grands groupes et les finances internationales, les décisions appartiennent à ces derniers.

Alors quid de la démocratie ?